Le dosage en chromatographie

La réponse des détecteurs varie selon les composants.
Le facteur de réponse relie la quantité injectée et donc la concentration du composant dans la solution à la surface du pic.


4 méthodes de dosage existent :

  1.  Surfaces de pics normalisées
  2.  Standard externe
  3.  Standard interne
  4.  Ajouts dosés

1 : Surfaces de pics normalisées


Elle nécessite au minimum 5 injections d’une solution contenant des quantités identiques de tous les composants à doser. Le volume injecté doit être rigoureusement le même à chaque fois.
L’aire de chaque pic est déterminée précisément. Un composé est choisi comme référence. L’aire des autres composés sont normalisées par rapport à la surface du pic choisi comme référence.
Cela revient à calculer les facteurs de réponse relatifs de tous les composés par rapport à celui de référence.

2 : Standard externe


Cette technique correspond à la préparation d’une gamme étalon de 5 solutions encadrant les valeurs attendues.
L’aire des pics est déterminée précisément.
Dans l’idéal, chaque solution sera injectée 5 fois ceci afin de déterminer la moyenne des surfaces et les écart-types.
Ici encore, le volume injecté doit être rigoureusement le même à chaque fois.
Cette méthode exige une bonne reproductibilité d’injection.
 

3 : Standard interne


Cette technique correspond à la préparation d’une gamme étalon de 5 solutions encadrant les valeurs attendues.
Dans chaque solution un produit choisi comme référence est introduit avec la même concentration dans toutes les solutions.
 

Le standard interne devra :
- ne pas être présent dans l’échantillon,
- être distinguable des produits à doser (Il devra être élué le plus prés possible des produits à doser avec la meilleure séparation possible),
- avoir des qualités physicochimiques proches des composés à analyser,
- ne pas interagir avec les composés du mélange à analyser,
- et être introduit dans la même gamme de concentration que les composés à doser.
 

Pour chaque solution on effectuera le rapport entre la surface du pic à doser et celle du produit référence.
Dans l’idéal, chaque solution sera injectée 5 fois ceci afin de déterminer la moyenne et l’écart-type.
La présence de l’étalon interne permet d’être moins exigeant sur le volume injecté et sur la reproductibilité de l’injection.
 

4 : Ajouts dosés
 

L’échantillon est analysé. La surface du pic du produit à doser est mesurée.
Un ajout d’une quantité précisément mesurée du produit à doser est effectué et l’échantillon est de nouveau analysé et la surface est de nouveau mesurée.
Ainsi de suite au moins 3 fois.

Par le tracé d'une droite de régréssion on abouti à la mesure de la concentration initiale au croisement de l'axe des X
L'inconvénient de la méthode des ajouts dosés réside dans le fait qu'il faut disposer du produit pur pour effectuer l'ajout.