A.T.E.M. Chimie


Les injecteurs

 

C'est un dispositif permettant la vaporisation de l'échantillon (qu'il soit solide, liquide ou gazeux) et sa dispersion au sein du gaz vecteur ou son dépôt sur la phase stationnaire. Aujourd’hui, une grande diversité d’injecteurs est disponible.

Attention : Ne jamais dépasser la température de 250°C car au-dela on observe des phénomènes de pyrolyse dans l'injecteur. A ce moment là on ne fait plus d'analyse mais de la combustion.

 

A septum :

pour les colonnes remplies (utilisé en 1952). L'échantillon est introduit dans la chambre d'injection et de vaporisation au travers d'une pastille en élastomère thermodilatateur (généralement du polymère de silicone recouvert ou non de polytétrafluoroéthylène (PTFE ou téflon®). Les propriétés de dilatation de l'élastomère refermant le passage de l'aiguille après le retrait de celle-ci.

 

 

 

 

A injection directe (direct injection) :

pour les colonnes macrobores (décrit en 1979).(KERN et BRANDER, HRC & CC. 2, (1979), 312),

 

En chromatographie en phase gazeuse un échantillon peut être injecté sur une colonne de deux manières :
- l'échantillon peut être injecté dans un tube chaud qui vaporise l'échantillon de telle façon que sa vapeur soit balayée dans la colonne par le gaz porteur,
- l'échantillon peut être déchargé directement dans la colonne à l'aide d'une seringue. Cette dernière technique est appellée injection directe ou on-column.

 

                                                                                                         

Et pour les colonnes capillaires

Split-splitless ou injecteur diviseur :

C'est l'injecteur le plus répandu, il a été élaboré en 1969. (GROB et GROB, J. Chromatogr. Sci., 7, (1969), 584).

 

Dans l'animation ci-dessous, vous pouvez voir successivement:

 

- l'introduction de l'échantillon dans l'injecteur et sa vaporisation dans l'insert. L'insert est un tube de verre inserré dans l'injecteur dans laquel on vient déposer l'échantillon.

 

exemple d'insert

 

- l'évacuation par la sortie de split de la majeure partie de l'échantillon

- le balayage par le gaz vecteur de la surface interne du septum et l'élimination des produits susceptibles de s'y être déposés, leur évacuation se faisant par la sortie de purge du septum. l'ouverture de la vanne de cette sortie ne s'effectuant qu'après l'injection. 

 

injecteur split-splitless

 

 

 P.T.V :

(Programmed Temperature Vaporizer ou injecteur à température programmée) mis au point en 1981,
(POY, VISANI et TERROSI, J.Chromatogr., 217, (1981), 81),

 

 

 

Injecteur-évaporateur ou
injecteur de ROSS :

conçu en 1965, modifié en 1972, (Van Den BERG et COX, Chromatographia., 5, (1972), 301)

Le mélange à analyser est déposé au bout d'une tige de verre fixée sur un aimant et insérée dans un tube de verre balayé par un courant de gaz vecteur. Le solvant est éliminé avec le gaz vecteur. La sortie de gaz vecteur étant fermée, l'aiguille est amenée, à l'aide de l'aimant extérieur, dans l'injecteur ou elle est chauffée et les produits vaporisés sont entraînés dans la colonne par le gaz vecteur. Cet injecteur est principalement utilisé par les biochimistes.